Historique

L’association « Foyer Saint-Benoît Labre » a été fondée en 1936, à Rennes, dans le but de venir en aide aux sans-abris et de les accueillir de jour comme de nuit, sans distinction de nationalité, de culture, d’opinion et de religion. Elle trouve ses origines dans les valeurs du catholicisme social d’entraide et de partage avec les plus pauvres, symbolisées par le choix de la référence à Saint Benoit Labre.

Jardin Association Saint Benoit LabreCréé à l’initiative de M. DESBOIS, tertiaire franciscain et transporteur, touché de constater que des personnes sans abris passaient la nuit dans ses camions pour se protéger du froid, le foyer était destiné uniquement aux hommes seuls. Il a fonctionné jusqu’en 1980 grâce à la participation de très nombreux  bénévoles de tous horizons, de fonds associatifs et privés. Ce sont les Clarisses de la rue Brizeux qui ont continué à assurer la restauration comme elles le faisaient pour les personnes à la rue.

Aujourd’hui, l’association assure un parcours d’hébergement depuis l’accueil d’urgence jusqu’au logement accompagné en passant par la réinsertion sociale. En amont elle gère depuis 2003 le dispositif d’écoute et orientation d’urgence du 115, aujourd’hui dans le cadre du Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAO) départemental, et a engagé de multiples coopérations inter-associatives plus ponctuelles.

Quelques grandes dates:

1936 Création de l’Association Foyer Saint-Benoît Labre (AFSBL) de Rennes.

1960  Inauguration du premier établissement rue du Bois Rondel.

31 Octobre 1980 Convention avec l’état pour gérer le foyer et y accueillir 150 personnes.

1981  Premier financement public au titre d’une convention avec la DDASS pour 150 places au foyer agrée Centre d’Hébergement et de réinsertion Sociale. Accompagnement vers l’insertion en sus de l’hébergement. Premiers recrutement de professionnels.

1981 Installation d’un accueil d’urgence bénévole, pour une dizaine d’hommes seuls, au foyer de la rue du Bois Rondel.

2 décembre 1996 Convention avec l’état pour l’hébergement d’urgence. Installation d’un dortoir de 70 à 90 places rue Ste Foix à Rennes.

25 avril 1997 Première réhabilitation du foyer du Bois Rondel avec l’aide de l’état, du District Urbain de l’Agglomération Rennaise et de la Ville de Rennes : mise aux normes du bâtiment (hygiène, sécurité, restauration) et une meilleure qualité de vie pour les résidents (23 chambres de 1 à 3 lits et 2 studios de 1 lits).

23 février 1999 Nouvelle convention avec l’état portant la capacité du CHRS à 70 places au foyer et 5 places en service de suite.

1er novembre 2001 Mise en place d’un service d’accompagnement en appartements extérieurs qui permettent de loger jusqu’à 12 personnes.

Mai 2003 Location de deux maisons particulières dans un cadre de «maison relais» afin d’y héberger 7 personnes très désocialisées, prêtes à vivre une expérience d’habitat collectif.

3 Aout 2003 Conventionnement avec l’état pour la gestion du 115, plate forme départementale d’écoute et d’orientation d’Urgence.

2010-2012  Installation progressive de l’hébergement d’urgence dans de nouveaux locaux : Rue Monsieur Vincent, et passage à 40 places tout public.

Janvier 2015  L’association, compte tenu de ses activités, prend le nom d’ASSOCIATION SAINT BENOIT LABRE.

Septembre 2015  Installation de la Maison Relais, 27 logements dont 18 en Maison Relais, 6 en CHRS et 3 en SALOJ dans les locaux neufs de la résidence «Daniel Ravier »,  111 rue de Fougères à Rennes.

30 Novembre 2015 Dans la cadre du dispositif hivernal, ouverture de l’accueil de nuit pour sans abris, pouvant recevoir jusqu’à 30 personnes, 8 ruelle du Moulin Saint Martin à Rennes.

Benoit Labre, le saint vagabond
Benoît Labre est né en 1748 à Amettes, dans le nord de la France. Aîné de quinze enfants d’une famille de laboureurs, il désirait devenir moine. Malgré plusieurs tentatives, les portes des monastères lui restèrent fermées.  Les moines n’en voulaient pas  et lui dirent: « La Providence ne vous appelle pas dans notre communauté, suivez les inspirations de la grâce, Dieu vous veut ailleurs ». « Ailleurs », Benoît, l’entendit comme une règle de vie. « Ailleurs » ce fut la route, vécue, non comme errance, mais comme quête spirituelle et rencontre du cœur des hommes. Pèlerin perpétuel, il parcourut l’Europe en tous sens, avec sa besace, ses vêtements misérables et ses livres de prière. Il termina son chemin à Rome, priant d’église en église et logeant dans les ruines du Colisée.  Il mourut le 16 avril 1783, à 35 ans. Tout de suite il fut vénéré comme un saint. L’Eglise le canonisa en 1881. La vie de Benoit Labre rappelle que la fragilité et la misère n’enlèvent pas aux hommes leur dignité et leur humanité. Il est le Saint patron des mendiants, des pèlerins, des sans domicile fixe et des exclus.

En savoir plus :